Gran Torino

Ford possède son mythe : la Ford Mustang. Mais c’est pourtant la Ford Gran Torino qui retiendra toute l’attention au cinéma, avec le film éponyme du réalisateur Clint Eastwood. Sortie en France en 2009, le film raconte la vie d’un ancien soldat de guerre (Walt Kowalski, interprété par Clint Eastwood) qui travaillait dans une usine Ford, près de Détroit et construisait la Ford Gran Torino. Dans le film, il en possède une et la chérie plus que tout au monde. Avec lui dans ce magnifique film, un adolescent, Thao, impressionné par le monstre devant lui. La réplique « ça, c’est de la bagnole » deviendra mythique à la sortie du film.

La voiture n’a pas été choisie au hasard. Dans le film, Walt Kowalski est un homme regrettant l’époque d’une Amérique forte et puissante (raciste). Il se plaint beaucoup des importations des voitures japonaises par exemple. La Gran Torino, produite en 1972, marque bien l’époque et la façon de produire cette voiture américaine qu’il aimait auparavant.

Née dans les années 60, et produite uniquement pour le marché américain, la Gran Torino présente dans le film est, elle, de 1972. Cette voiture est un coupé « Fastback » de la gamme Gran Torino. Possédant seulement deux larges portes, cette américaine mesure 5,40 mètres de long et 2,08 mètres de large. C’est une des versions les plus impressionnantes de la gamme Gran Torino. Dans le film, elle est de couleur vert foncé, à bande beige sur les flancs. Forte de ces 266 CH (chevaux) et de son moteur V8, la Gran Torino ne roule pourtant pas beaucoup dans le film.

Dans les années 70, la Ford Gran Torino avait déjà était mise à l’honneur grâce à deux des plus grands policiers du cinéma, Starsky et Hutch.